Comment booster la culture santé sécurité dans votre entreprise
Trop d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ?
Un sentiment d’impuissance face à ces évènements ?
Des managers pas suffisamment impliqués ?
Une démarche qui piétine et des résultats qui stagnent ?
Découvrez notre démarche PREVANCE 4 pour
BOOSTER VOTRE CULTURE SANTÉ SÉCURITÉ
Rejoignez Julien et Yohann qui partageront avec vous les 4 étapes de cette méthode pragmatique, innovante et sur-mesure.

Au programme :
1- Diagnostic Culture Santé Sécurité pour évaluer objectivement votre niveau de maturité sur ces sujets,
2- Construction d’un CAP, Objectifs et Programme : véritable projet d’amélioration pour l’entreprise,
3- Renforcement : accompagnement dans la mise en place d’une culture Santé Sécurité renforcée.
Cela peut passer par :
- De la formation de managers pour travailler leurs postures managériales,
- De la formation pour tous les collaborateurs pour déclencher des électrochocs sur l’état d’esprit Sécurité,
- De l’accompagnement individualisé de managers de proximité ou de fonctions HSE,
- De l’animation de journées Sécurité,
- ...
4- Pilotage et bilan pour mesurer les résultats obtenus.
De 10h à 12h30, c’est gratuit et nous vous invitons à déjeuner !
Trop loin ou pas disponible ?
RENFORCER LA CULTURE SANTÉ SÉCURITÉ
DANS L'ENTREPRISE


Venez découvrir une méthode innovante et originale

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Accidents du travail en France L'article L. 411-1 Code de la Sécurité Sociale définit ainsi l'accident du travail : "Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise » Pour qu’un accident soit considéré comme accident de travail, il faut donc : - Un « fait accidentel » pouvant être daté avec précision et qui soit à l’origine d’une lésion corporelle ou psychique (la lésion ou sa rechute doit être soudaine) ; - L’existence d’un lien de subordination de la victime à son employeur au moment de l’accident - Il n’est pas nécessaire que le fait à l’origine des lésions soit strictement lié à un acte de travail du moment que le salarié reste dans les liens de la subordination.