Opti-1, un porte document ergonomique abordable pour vos salariés
Optimeo
Optimeo se plie en 4 pour votre confort au travail
Opti-1
UN SUPPORT
DOCUMENT
ERGONOMIQUE

accessible à tous
& éco-responsable
Placé entre le clavier et l’écran, le support document Opti-1 permet de positionner vos documents papier de manière ergonomique lorsque vous effectuez de la saisie sur ordinateur.
Accessible à tous / Eco-responsable / Design personnalisable
Lors de la saisie sur ordinateur,
les documents papier sont très
souvent positionnés sur le côté
ou devant le clavier.



UN RISQUE DE TMS*

Ce mauvais positionnement peut être
à l’origine de tensions au niveau du cou,
des épaules et du dos et entraîner
un déséquilibre postural source de TMS*.


* Troubles musculosquelettiques
UN MOYEN EFFICACE
DE PRÉVENTION DES TMS


Opti-1 permet de positionner
les documents de manière ergonomique.

Il prévient efficacement les TMS
(cervicalgies, dorsalgies...)
et permet de redresser la posture.
Contactez-nous pour toute demande :
+33 (0)6 95 11 37 68
contact@optimeo-prevention.com

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) procède à des inspections dans l'établissement. En cas de risque grave ou de projet de d'aménagement important (voir article L. 4131-2 du code du travail français), le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) peut faire un appel à un expert agréé, rémunéré aux frais de l'entreprise. Le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) peut par ailleurs mettre en œuvre la procédure d'alerte qui lui est conférée par l'article L. 4131-2 du Code du travail : il peut alors prendre l'initiative d'informer l'employeur sur l'imminence d'un danger menaçant gravement la sécurité des travailleurs. En cas de divergence entre la majorité des membres du Comité d'hygiène et l'employeur, ce dernier en informe la Direction Départementale du Travail qui peut saisir le juge des référés en vue d’ordonner la fermeture de l'atelier ou du chantier. Cette décision peut être assortie d'une condamnation au paiement d'une astreinte.